Chirurgie prénuptiale

Classé dans : Non classé | 0

chirurgie prenuptiale

S’offrir une intervention de chirurgie esthétique avant le mariage comme on s’offrait avant des soins complets chez l’esthéticienne, un hammam ou une thalasso, c’est sans doute une tendance de fond qui va s’accentuer.

Liposuccion pour affiner son ventre, ses cuisses ou ses fesses, augmentation du volume mammaire par prothèses, blépharoplastie (traitement des paupières tombantes) ou lifting rajeunissement des traits du visage… La palette des interventions de chirurgie prénuptiale est vaste et aussi diverse que les solutions proposées par cette spécialité pour remodeler son corps.

Si ce business a des chances de prendre de l’essor, c’est pour 2 raisons.
La première, c’est qu’il nous vient des Etats-Unis où on l’a labellisé avec un néologisme anglophone assez significatif :  la bridalplasty. Et comme les américains nous ont aussi précédé dans la scénarisation télévisuelle des projets de vie, le phénomène a déjà son émission là-bas.

Performer la beauté , ascèse esthétique

La deuxième raison qui laisse penser que le marché de la chirurgie plastique avant noces va exploser tient au fait parallèle que la beauté est en train de devenir une performance. Corriger un nez déviant, des seins évidents chez un homme ou des rides un peu trop visibles sont devenus des actes quasiment stratégiques (comme le choix de ses vêtements ou de sa voiture) qui s’inscrivent dans une démarche pour gagner sa place dans une entreprise, au sein d’une coterie et bien sûr pour trouver l’âme sœur.

Travailler sur soi, c’est au sens propre le moteur de cet investissement dans la chirurgie dont le rapport cout/efficacité vous étonnerait beaucoup. Cette ascèse esthétique où il s’agit non seulement de se priver mais également d’accepter la souffrance de l’opération n’est pas neuve.

Au même titre qu’une femme acceptait un certain nombre de rituels cosmétiques (soins visage et silhouette) parfois éprouvants pour plaire avant la cérémonie, on comprend l’élargissement du principe vers des actes qui engagent une “refonte” plus globale de l’anatomie. Les femmes oui, mais aussi les hommes, puisqu’eux aussi sont soumis à cette loi de la concurrence physique qui ordonne de passer par la médiation du code esthétique avant de se présenter devant ce jury parfois terrible qu’est l’autre.

Ce psychodrame du morphotype non conforme qui se joue à travers l’esthétique de préparation au mariage n’aurait pas autant de poids psychologique si les codes physiques imposés par les médias n’étaient pas aussi puissants.

Avant le voyage de noces, passez par le voyage esthétique

Il y a donc ici une piste et l’hypothèse d’un temps où la fête du mariage sera l’événement intermédiaire d’une initiative scandée par deux types de voyages. La lune de miel et un voyage antécédent qu’on pourrait baptiser voyage esthétique.

Il se greffera à cette vitalité des séjours qui conduisent vers la chirurgie esthétique en Tunisie par exemple et sera cette fois ci investit par la motivation de parfaire un corps pour plaire à son futur époux ou à sa promise.

C’est un idée de business pour les agences et les tours opérateurs. C’est aussi une idée de cadeau de mariage à faire à l’un des deux époux ou aux deux car pourquoi cacherait-on à l’autre que l’on met le cap au sud de la Méditerranée pour gommer ses kilos en trop et ses bourrelets qui compliquent un peu, voire beaucoup notre relation.

La chirurgie esthétique prénuptiale n’est pas une vue de l’esprit, c’est une conséquence apodictique de ce règne de l’apparence conquérante qui façonne nos esprits et nos comportements.