Les Clinique de chirurgie plastique en Corée du sud doivent refuser les patients chinois

Selon les nouvelles instructions, les responsables dans les cliniques de chirurgie plastique doivent refuser d’accueillir ou de prendre en charge des patients chinois en raison des inquiétudes croissantes concernant le coronavirus.
coronavirus chirurgie esthetique

De nouvelles recommandations dans les cliniques esthétiques à Séoul

Une clinique de chirurgie esthétique très populaire située à Gangnam, le quartier le plus animé du pays, a publié un communiqué indiquant qu’aucun des patients chinois ou de personnes ayant visité la Chine au cours des 14 derniers jours ne sera reçu dans la clinique.

Cette décision a été prise par la direction de l’hôpital car les patients locaux sont connus pour leur fréquentation des lieux où se trouve un grand nombre des patients chinois. D’autres cliniques ont pris des mesures similaires, car plus de 30 % des patients étrangers en 2018 étaient chinois.

Selon un rapport publié par l’Institut coréen pour le développement de l’industrie de la santé, en 2018, 378 967 Chinois au total ont subi une opération de chirurgie esthétique dans le pays. Les Américains et les Japonais se sont classés respectivement deuxième et troisième, mais leur nombre combiné ne s’élevait qu’à 87 776.

Pourtant, les hôpitaux n’ont pas eu d’autre choix que de cesser de recevoir des clients chinois lorsque la troisième victime diagnostiquée atteinte de coronavirus, aurait visité une clinique de chirurgie esthétique à Gangnam les 22 et 24 janvier.

« Le patient, un Coréen qui est rentré de Wuhan en Chine le 20 janvier, a visité l’hôpital de chirurgie plastique de Glovi à deux reprises avec cet ami. On pense qu’il a transmis le virus au sixième patient, a confirmé un médecin qui travaille au sein de la clinique », informe un chirurgien de l’hôpital de Glovi.

Selon un spécialiste du tourisme médical «la situation est pire que lorsque le gouvernement chinois a interdit à ses habitants de se rendre à Séoul en représailles économiques pour avoir déployé le système américain de défense anti-missiles en 2017 ».

Cette fois-ci, Pékin a officiellement interdit les voyages de groupe à l’étranger à partir du 27 janvier.

« Nous assistons à une diminution du nombre de patients chinois et coréens dans un contexte d’inquiétude croissante concernant la propagation du nouveau coronavirus…C’est parce que les patients chinois visitent les hôpitaux locaux de chirurgie esthétique et que les patients domestiques veulent les éviter », a déclaré un chirurgien plastique dans une clinique de Gangnam sous couvert d’anonymat.

« Nous n’avons pratiquement pas de patients prévus pour la chirurgie esthétique cette semaine et seuls quelques-uns viennent pour recevoir des traitements mineurs. Je pense que la situation ne va pas s’améliorer ce mois-ci. Si les choses ne changent pas, les petits hôpitaux pourraient fermer », a ajouté un plasticien opérant dans la même clinique.

D’autres cliniques de chirurgie esthétique qui reçoivent encore des clients chinois ont renforcé leurs mesures préventives pour bloquer l’épidémie dans leurs hôpitaux.

L’un des plus grands hôpitaux de chirurgie plastique, iWell à Gangnam, a adopté des caméras thermiques pour vérifier la température corporelle des visiteurs à leur entrée. Si une température supérieure à 37,5 degrés Celsius est enregistrée, une alarme est déclenchée.

Le personnel de la clinique doit porter un masque facial et utiliser fréquemment des désinfectants pour les mains.

Les personnes qui ont visité la Chine au cours des deux dernières semaines ou qui présentent des symptômes respiratoires et de la fièvre sont interdites d’entrée à l’hôpital.

Please follow and like us: